Porter le voile islamique en voyage, c’est le sujet que j’aimerais aborder avec vous aujourd’hui. Depuis que j’ai commencé à voyager en 2013, en partageant mes récits de voyage autour de moi, j’ai reçu énormément de messages de femmes qui me posent toujours la même question : “Comment arrives-tu à voyager seule dans des pays éloignés et de cultures différentes de la nôtre…en étant voilée ?” Beaucoup de ces femmes se posent différentes questions liées au voyage et au voile islamique (hijab) : “Est-ce possible de résider dans des auberges de jeunesse sans problème tout en étant une femme voilée ?”, “Qu’en est-il du port de burkini dans certains pays ?”, “Comment est le comportement des gens envers une fille qui porte le hijab et qui voyage seule ?”,“A-t-on libre accès aux monuments religieux ou touristiques ?” “N’as-tu pas peur d’être victime de discrimination, de gestes ou simplement de regards déplacés avec ton hijab ?”

Ce sont là des questions qui peuvent paraitre inadéquates, carrément naïves lorsqu’on n’est pas spécialement concernée. Pour moi, ce sont des questions qui m’ont ouvert les yeux sur une réalité importante : Il y a encore beaucoup de femmes voilées qui ont peur de tomber sous des stigmates, surtout en voyage dans d’autres pays où la culture est bien lointaine de la leur. Des femmes qui portent le voile et qui veulent franchir le pas de voyager seule, en assumant leurs choix, mais qui sont encore prisonnières d’un certain blocage psychologique…La peur du regard de l’autre!

C’est pour ces femmes surtout que j’écris ce texte. Pour leur dire tout simplement: Oui, vous pouvez voyager seules en tant que femmes voilées sans rien craindre, et voilà un peu à quoi vous attendre…

Mon voile en voyage: Un atout!

À l'aéroport

Je n’ai jamais eu un traitement particulier à la douane lié au hijab. Je ne me sens d’ailleurs pas du tout discriminée lorsqu’on me demande une fouille corporelle, sachant qu’aujourd’hui, c’est bien la norme que ce soit des policières femmes qui fouillent d’autres femmes. Tout se passe dans notre propre tête, les perceptions et les ressentis. Quand on obtempère avec le sourire, on a transcendé toutes nos peurs intérieures et nos préjugés sur les autres et sur nous-mêmes. 

Dans les auberges de jeunesse

Quand je réserve une auberge de jeunesse (mon choix favori de logement en voyage pour bien de raisons), je fais toujours en sorte de choisir un dortoir de femmes. Beaucoup de femmes, voilées ou pas, musulmanes ou pas, font le même choix. Un choix basé sur le fait qu’on se sent plus en sécurité et bien plus à l’aise. Dans mon cas particulier, ça me permet en plus d’enlever mon voile et de profiter de plus de libertés vestimentaires.

Dans les auberges de jeunesse, j’ai rencontré beaucoup de femmes de plusieurs nationalités et cultures. Mon hijab présente toujours un avantage : Il suscite l’intérêt et la curiosité. On me pose des questions. On me complimente sur mon audace, car beaucoup gardent encore ce stéréotype de la femme musulmane soumise qui ne peut jouir de sa liberté de porter ce qu’elle veut et de sa liberté de mouvement.

Le voile islamique en voyage : Finalement c’est carrément une aubaine pour faire des rencontres, échanger et initier tellement de discussions intéressantes et enrichissantes.

Dans les lieux de culte

Quand j’ai visité New York, je n’avais qu’une envie: Assister à une performance de Gospel dans une église. Un rêve d’enfance. Allez savoir pourquoi. On ne contrôle pas spécialement ses rêves.

J’étais, comme on peut s’y attendre, la seule femme voilée ce jour-là à l’église. On m’a accueilli avec des sourires chaleureux et des bras grands ouverts. Ce fût une des plus belles expériences de mes voyages. Une expérience qui a transcendé les barrières religieuses, pour me permettre de vivre un moment d’union spirituelle. J’étais émue et reconnaissante de me retrouver unie avec d’autres êtres humains au-delà de nos croyances et appartenances culturelles respectives.

Oui, on peut visiter les endroits cultes en étant voilée sans le moindre souci. C’est même une expérience bien enrichissante car elle nous fait prendre conscience que nous ne sommes qu’UN, quelques soient nos religions.

À la plage avec mon burkini

Que ce soit devant le sable blanc et l’eau turquoise d’une plage cubaine, les vagues rafraîchissantes d’une plage brésilienne, ou encore la douceur et la jovialité d’une plage espagnole, je ne me pose pas trop de questions. J’enfile mon burkini et je me jette à l’eau!

Je n’ai jamais eu de soucis. Mon burkini suscite à peine la curiosité de certains locaux. Je remarque rarement certains regards pleins de préjugés des autres touristes. Le fait est que dans la majorité des pays que j’ai visité, hormis la France, où l’on a fait du port du burkini un grand débat, je ne me fais pas trop remarquer. 

Pour l’anecdote, un jour où je me baignais tranquillement à Cuba, une touriste française m’approche et m’aborde “Ah c’est ça le fameux burkini alors ? Il est beau. On dirait une combine de Surf. Je ne vois pas pourquoi on en fait tout un plat!”.

Pour vous dire le fond de ma pensée, je pense qu’on se sent plus libres et beaucoup moins jugées de porter un burkini ailleurs que de ne pas en porter au Maroc ! (fin de la parenthèse)

Voyager dans des pays où l’ont voit rarement des femmes voilées

Autant dans les pays européens le voile est quelque chose d’assez commun, autant dans des pays plus lointains, c’est carrément l’exception rarissime. Je vais vous parler de mon expérience au Brésil, pays où la tenue la plus portée est le Bikini (ou le monokini), le Brésil, le pays où le rapport avec son corps est totalement libre et assumé. Et c’est bien dans ce pays que j’ai eu le plus de plaisir à porter mon hijab. Ce choix vestimentaire et spirituel que j’assume entièrement avec joie et gratitude m’a permis au Brésil de faire mes plus belles rencontres, et d’avoir les discussions les plus intéressantes. On m’interpellait dans la rue pour prendre des photos avec moi, me poser des questions, ou encore m’inviter à partager un café (après le refus courtois d’une caipirinha!).

Le voile islamique en voyage : De quoi devenir une célébrité, carrément une rock-star dans certains pays où la curiosité transcende tous les préjugés.

Un dernier mot aux femmes portant le hijab : Prenez votre envol! 

Même lorsqu’on voit ici et là des femmes voilées victimes de discriminations, de comportement haineux où de préjugés réducteurs, cela ne m’a jamais, personnellement, empêché de poursuivre mes rêves de voyage en assumant entièrement mon voile.

De la chance ? Non, je pense plutôt que c’est une question de projection. Je projette autour de moi une grande confiance en moi et une grande aisance avec mes choix, et les autres la ressentent bien et finissent toujours par la respecter. Lorsque je croise un regard cynique ou réducteur, je souris et je finis par avoir un sourire en retour. Lorsqu’on me pose des questions, je réponds avec assurance et bienveillance.  

Une chose dont je suis la plus fière en voyage, c’est l’impact positif que je laisse derrière moi, parfois même chez les plus sceptiques. Le fait d’entendre des inconnus m’avouer avoir changé leur vision sur la femme voilée après notre rencontre, le fait de ressentir comment mes faits et gestes ont pu briser certains stéréotypes véhiculés par les médias, me procure une joie et une satisfaction inégalées.

Cela fait un bien fou de se sentir “citoyenne du monde”, femme émancipée, libre de ses choix et affranchie des préjugés qu’on porte sur sa culture. Cela fait du bien surtout de s’affranchir soi-même de ses peurs profondes du regard de l’autre.

Et c’est bien, mesdames, voilées ou pas, ce que je vous invite à vivre à travers le voyage. Prenez votre envol, soyez curieuses des cultures et croyances des autres, respectez-les, aimez l’humain en chacun…et l’humanité entière vous le rendra!

Tu as peur de voyager seule?

Continue la lecture ici…

Lettre à une fille qui a peur de voyager seule: conseils.

Tu aimes cet article?

Épingle-le sur Pinterest!